Langue:   nl | fr | en | de
Adhésion

Restaurants: Fini la réduction ! - 2014, février 7

Restaurants: Fini la réduction !

Restaurants
Fini la réduction !


Comme annoncé dernièrement par l’OIB, début janvier, les restaurants/ self-services de la Commission ont ouvert leurs portes avec à leur bord, trois nouveaux prestataires (Ciano, Compass-Group Eurest et Unijolly).

La bonne nouvelle, c’est que dans ce nouveau contrat, l’OIB a tenu compte du résultat de la dernière enquête de satisfaction menée auprès du personnel. Comme demandé par celui-ci, les produits bio ainsi qu’une alimentation de qualité variée ont fait leur entrée dans nos cantines.

La mauvaise, c’est que la Commission a choisi de faire jouer la concurrence au quotidien entre ces nouveaux fournisseurs qui se partagent les sites en trois lots différents. Pour l’ensemble des prestations demandées, trois gammes de prix différents sont disponibles : prix fixe, prix maximum, prix libres selon le concessionnaire. Selon le fournisseur lié au site, les prix peuvent varier d’une cantine à une autre. Ceci peut être bénéfique dans un autre contexte, mais à la Commission, le personnel est traité différemment selon l’endroit où il va manger. En effet, cette différence de prix selon le site/ fournisseur crée une discrimination envers la clientèle de ces self-services. Cela provoque surtout des réactions de la part d’une partie du personnel. Alors que certaines cantines sont bien fréquentées, d’autres sont boudées.

Si on souhaite aller dans un site qui pratique des prix plus abordables… Entre le déplacement, la file d’attente (conséquentes d’après la fréquentation du site) et le temps nécessaire pour manger, il faut minimum une heure par jour pour déjeuner à l’extérieur. Ce n’est pas une solution qui puisse être envisagée régulièrement ! À éviter si on ne veut pas se retrouver très vite en négatif dans ses heures (flexitime).

La coïncidence a fait que les mauvaises nouvelles de la réforme sont arrivées en même temps que le changement de ce contrat. Les prix des plats du jour appliqués précédemment ont été adaptés et uniformisés (http://myintracomm.ec.testa.eu/hr_admin/fr/catering_bxl/Pages/index.aspx).

Voici un exemple concret concernant uniquement un plat du jour/ un bol de soupe/ un morceau de pain :

Plat du jour

Soupe

Pain

Prix

différence

Avant :

sans réduction

5,30 €

Offerte avec le plat du jour

0 € (1 pièce)

5,30

+ 0,30 €

avec réduction

3,80

3,80

+ 1,80 €

Après :

4,70

0,60 €

0,30 € (1 pièce)

5,60

 

Suppression de la réduction accordée au personnel à faible revenu
Pour la petite histoire, lors de la négociation du contrat précédent, une réduction avait été accordée par le fournisseur au personnel à faible revenu. Un logo donnant l’accès à cette réduction était affiché sur le badge de ces personnes. Après quelques années, le fournisseur avait eu des difficultés à assumer ce geste car le nombre de de collègues ayant droit à cette réduction avait augmenté considérablement durant ces dix dernières années. Cette réduction n’a pas été négociée dans le nouveau contrat et donc elle ne s’applique plus depuis début janvier.
Pour le personnel qui bénéficiait de la réduction «repas», c’est un coup dur supplémentaire car cela vient alourdir leurs dépenses mensuelles destinées au budget cantine. Augmentation uniquement sur le plat du jour : 1,8 € x 20 jours = 36 € /mois (soit 36 x 11 mois= 396 € /an - moins le mois de congé).

Entre le blocage des salaires, la non-indexation, ainsi que toutes les autres conséquences de la réforme (retrait des frais de voyage et autres), la situation risque de devenir très sérieuse !
Alors que notre pouvoir d’achat diminue, le coût de la vie, lui, ne cesse d’augmenter !

Suggestions

La Conf-SFE demande à la DG HR et à l’OIB de faire le nécessaire auprès des fournisseurs des Selfs/ Cantines afin d’adapter certains prix. Faire fuir les clients ne leur donnera pas un équilibre financier!
La Conf-SFE invite la DG HR de revoir sérieusement les conditions de travail des agents à faible revenu. Si une partie de ce personnel continue à être touchés dans leur porte-monnaie. Ce type de personnel risque de ne plus être le futur des institutions mais plutôt le passé!

Retour
Webdesign Sanmax