Langue:   nl | fr | en | de
Adhésion

40 Heures… Chaque minute compte ! - 2014, février 7

40 Heures… Chaque minute compte !

40 Heures…
Chaque minute compte !

L’encodage des heures est pratiqué dans beaucoup de pays membres. Il sert à comptabiliser les heures supplémentaires (flexitime) mais surtout pour certains, à vérifier que les heures sont bien prestées par le personnel. Une question de discipline pour éviter les abus !
Mais quel est le but réel de cette nouvelle règle? Après plus de 50 ans d’existence, voilà qu’on pense à utiliser l’encodage au sein de nos institutions. Avons-nous tous profité du système pendant tout ce temps ? Maintenant que de nouvelles technologies de l’information et de la communication se sont installées dans notre vie quotidienne, ce genre d’encodage semble obsolète et nécessite d’être adapté.
Depuis que l’enregistrement des heures a commencé à prendre place dans les services, des témoignages commencent à arriver : entre des ordinateurs qui prennent du temps à démarrer, des ascenseurs souvent bondés et lents, des retards involontaires, … Quel stress pour être à l’heure et surtout partir à l’heure (transports en commun)!

Equilibre vie professionnelle / vie privée… mais également vie sociale. Faudrait-il choisir parmi ceux-ci pour utiliser ses heures de flexitime?
Le flexitime étant surtout un outil pour concilier la vie professionnelle avec la vie privée, le personnel est actuellement invité à choisir entre l’un ou l’autre. Suite à l’application du nouveau statut, le personnel doit arriver tôt le matin ou finir tard le soir pour compléter les 40 heures par semaine. Une pause midi prolongée ferait fondre comme neige au soleil les heures flexitime difficilement cumulées.

La pause « déjeuner » qui, avant, était un moment agréable pour faire un break, rencontrer des (ex) collègues… est devenue un vrai marathon !
Manger dans un restaurant de la Commission en 30 minutes, c’est possible si on est seul, que l’on se met des œillères pour ne pas parler avec l’un ou l’autre et si la fréquentation du site est limitée…
Si on souhaite aller dans un site qui pratique des prix plus abordables… Entre le déplacement, la file d’attente (conséquentes d’après la fréquentation du site) et le temps nécessaire pour manger, il faut minimum une heure par jour pour déjeuner à l’extérieur. Ce n’est pas une solution qui puisse être envisagée régulièrement ! À éviter si on ne veut pas se retrouver très vite en négatif dans ses heures.

Les relations professionnelles entre collègues durant la pause de midi sont-elles devenues un luxe ?
Qui n’a jamais partagé son déjeuner avec des (ex)collègues? Bien souvent pour discuter du travail durant l’heure de table, ce qui facilite les relations professionnelles. Alors que la Commission investit dans les formations de bien-être au travail et également dans l’organisation des teambuilding, awayday et autres formations pour améliorer les relations entre collègues, l’augmentation du temps de travail à 40 heures vient neutraliser les objectifs recherchés. Pour ne pas sacrifier des minutes, chacun s’isolera dans son bureau et rare seront ceux qui privilégieront leurs heures flexitime pour des pauses déjeuners avec les collègues. A long terme, ces relations risquent de devenir inexistantes pour le personnel (métro/ boulot/ dodo !).

Travailler plus pour gagner moins !
En plus de cette course contre la montre, le nouveau statut (réduction/ suppression : des frais de voyage, des jours de congé ; gel des salaires ; non-indexation ; 40 heures (avec à la clé un contrôle des heures)) et les changements de règles (perte de la réduction « repas ») ont apporté des contraintes supplémentaires au personnel.
Travailler toujours plus pour gagner moins ! Le temps au travail sera augmenté et le temps dédié au privé sera, quant à lui, plus intense en tâches ménagères ou devoir familial, puisque le temps dédié à ces tâches sera condensé. A long terme, le personnel risque très vite de se retrouver physiquement et moralement fatigué. Cette fatigue et le stress cumulés risquent de causer des absences de longue durée (burnout, maladies, …). Vive le progrès social au sein de nos institutions !

Suggestions

La Conf-SFE propose à la DG HR de créer au même titre qu’une formation interne sans réduction du temps de travail, une option supplémentaire dans Sysper 2 qui allouerait un bonus de minimum 3 heures (souhaitable et base de discussion) par mois au personnel afin qu’il puisse les dédier à sa convenance aux relations professionnelles entre collègues.
La Conf-SFE demande à la DG HR l’ouverture d’un dialogue concernant l’application des 40 heures.

Retour
Webdesign Sanmax